AMANDINE PIERNÉ



GRAND SALON, Collectif 0,100, Rezdechaussée, Bx.


« Grand Salon » se présente comme un dispositif cadre de « réception » du visiteur, réactivant, non sans dérision, une tradition d’échange - authentique ou mondain ? - entre l’artiste et l’amateur des arts. L'exposition est devenue théâtre, dont la mise en scène déplace le public, dans une sorte de jeu de rôle, de visiteur-spectateur à invité-acteur. 0,100 lance une invitation à « faire salon ». Car l’un des plaisirs que nous procure l'Art n'est- il pas, précisément, la conversation ? "

Avec: Collectif 0,100 (aka Emmanuel Ballangé, Mirsad Jazic, Sophie Mouron, Amandine Pierné) et Pierre Andrieux, Carol Bîmes, Thomas Desjeammes, Laurent Hadrien, Laurent Kropf.

>> La place du spectateur dans le Grand Salon de 0,100 - Revue Point Contemporain, par Corinne Szabo , professeure d’histoire de l’art en khâgne et hypokhâgne, lycée Montaigne, Bordeaux/ Université Bordeaux-Montaigne/ Icart Bordeaux



VANITY FAIR
Vanity Fair, ou  « Vanishing Fair », est un enchaînement de pièces réalisées pour l’occasion et qui fonctionnent par jeu d’échos dans l'espace, à la manière de bribes de phrases mélancoliques, pince-sans-rire et référencées, formulées aux premier et second degrés.

(FURNITURE-POSTURES)
Quatre socles-accoudoirs en mélaminé, entre sculptures (post)minimalistes, restes de meubles de coin de rue et clin d'oeil aux "Furniture Sculptures" de John M. Armleder, érigés pour les visiteurs-invités et agrémentés de petites coquetteries plastiques.

Avec les œuvres de Sophie Mouron - "Sans titre (ex-position)", Dispositif photographique et diaporama en boucle & Mirsad Jazic - "Armoire Show", pièce 1/2.

Mirsad Jazic - membre fondateur de 0,100 - avec les œuvres d'Emmanuel Ballangé.



(OISEAU)
Lettrages en venilia découpé. Tout d'abord appliqués sur les socles, jugés alors trop bavards, ils ont été arrachés et recyclés en une composition picturale répondant à l'intervention voisine. 



(POUR LE VERNISSAGE, JE NE SERAI PAS LÀ)
Annonce prononcée par Bernard Buffet à son galeriste peu avant son suicide alors qu'il lui déposait les toiles de sa dernière exposition. Canevas d'après Bernard Buffet "La Chouette" - perchée sur une branche - orné d'une caisse américaine sur mesure, avec à coté en prolongement une branche d'arbre faisant office de portant pour manteaux et se finissant ailleurs, artificielle et fleurie. Seuls ces deux derniers éléments sont visibles dans l'exposition.

>> Le retour en grâce de Bernard Buffet , par Eric Troncy



(LOUBOUTINAGE POUR LAND ART D'INTÉRIEUR)
Patins chic en moquette rouge pour chaussures.
50 euros le Louboutinage (paire de chaussures non fournie)